Toutes les cellules d’un organisme vivant comportent l’ADN. Cette molécule, nommée Acide Désoxyribonucléique transmet les caractères héréditaires d’une génération à l’autre, en se répliquant elle-même. Qu’il s’agisse d’ADN humain, d’ADN de plantes ou d’animaux, l’information est codée dans le séquençage de 4 bases chimiques qui sont : l’adénine, la guanine, la cytosine et la thymine. En quoi se différencient alors l’ADN de l’Homme de celui des animaux ?

ADN humain et animal : la relation entre l’Homme et le singe

Selon la théorie de l’évolution, le singe a évolué en homme. Sans entrer dans le débat sur l’origine de l’humanité, l’Homme est en réalité un singe. En effet, les humains appartiennent au sous-groupe biologique (les primates), comprenant les grands singes, les gorilles, les orang-outans, les bonobos et les chimpanzés.

Laboratoire ADN France Paternité
Laboratoire ADN France Paternité

Les Hommes partagent 98,7% de leur séquençage génétique avec les chimpanzés et les bonobos. Cela peut être facilement prouvé avec un kit adn commandé en ligne. Il faut aussi noter que les Hommes partagent 1,6% du matériel génétique qu’ils ne partagent pas avec les chimpanzés avec les bonobos et vice-versa. Pourtant, les différences entre l’Homme et le singe semblent importants, malgré qu’elles soient contenues dans les 1,2% restants. Selon les chercheurs, deux zones ont subi des modifications importantes durant l’évolution singe-homme :

  • La position du pouce
  • Le développement du cerveau

L’apparition du langage a aussi contribué à l’implication des gènes dans l’audition. Par ailleurs, 99,9% de l’information génétique est la même pour tous les êtres humains. Ce sont les 0,1% restants qui sont à l’origine des différentes couleurs des yeux, de la peau et des cheveux. Selon les scientifiques, les Hommes ont évolué à partir d’un ancêtre commun, ce qui explique le même séquençage ADN avec tous les êtres vivants.

Les grands singes sont les créatures les plus proches avec lesquelles les humains partagent le même ADN. Viennent ensuite les petits singes, les prosimiens, les autres mammifères, les insectes, les plantes et les formes de vie plus rudimentaires. Pour mieux comprendre les différences et les similitudes entre l’ADN humain et animal, vous pouvez vous renseigner sur comment faire un test adn.

L’ADN partagé entre les humains, les chats et les souris

Parmi les animaux qui partagent une quantité importante de leur ADN avec les Hommes, on peut citer les chats et la souris. En effet, si les humains partagent 93% de leur ADN avec les singes rhésus, ils partagent 90% de leur ADN avec le chat domestique d’Abyssinie et 85% de leur ADN avec la souris. C’est aussi la raison pour laquelle cette dernière est souvent utilisée pour effectuer des recherches médicales.

Sachez qu’une grande quantité de l’ADN partagé est silencieux. Cela signifie qu’il n’est pas inclus dans la séquence codante. La banane contient par exemple environ 60% de l’ADN humain, mais en aucun cas, on ne pourra dire qu’un Homme et une banane se ressemblent.

Les spécificités de l’ADN

L’ADN contient le code génétique. C’est l’élément fondamental de la vie qui dicte le développement et l’activité cellulaire dans la plupart des organismes vivants. Transmis par les parents à 50% chacun, l’ADN est à l’origine des traits de caractère d’une personne, notamment son apparence et sa durée de vie. Le génome humain se compose d’environ 3 milliards de molécules d’ADN.

Les humains ont environ 30000 gènes qui sont regroupés sur 46 chromosomes. Ces derniers comportent donc environ 1000 gènes. Il s’agit de séquences de nucléotides contenant des informations pour fabriquer et entretenir les cellules. La 23è paire de chromosomes (formant les 46) est le chromosome sexuel. Il définit le sexe d’une personne. Le chromosome sexuel comporte une combinaison de chromosome X et Y (donnant des hommes) ou de deux chromosomes X (donnant des femmes).

L’unicité de l’ADN

Hormis les jumeaux identiques, deux personnes ne peuvent partager exactement le même ADN. C’est pourquoi, les tests ADN, notamment les tests de paternité, peuvent être utilisés pour établir un lien de filiation biologique. Du point de vue de l’ADN, les différences entre l’Homme et les animaux semblent minces. En effet, selon de nombreux scientifiques, l’Homme n’est autre qu’un super animal qui, au cours de l’évolution, a acquis des facultés à se déplacer sur deux membres, à différencier le bien et le mal ou encore à modifier sa nourriture et son environnement pour son propre confort, tandis que les singes se contentent toujours des bases naturelles qu’ils ont acquis depuis leur existence.

En quoi consiste un test ADN ?

Un test ADN est réalisé dans un but bien spécifique. Parmi les principales raisons qui poussent les demandeurs, on peut citer :

  • L’établissement de la filiation paternelle ou maternelle,
  • Le dépistage de certaines maladies génétiques,
  • La recherche des origines.

Le test de paternité est sans doute l’analyse ADN la plus couramment réalisée. Il permet de connaître l’identité du père biologique d’un enfant. Les résultats du test ne laissent aucune place au doute car ils sont fiables à 99,99%. La procédure de test de paternité doit avoir lieu dans le cadre d’une procédure judiciaire, selon la loi française. Cela signifie que le juge du tribunal de grande instance est le seul à pouvoir ordonner d’effectuer un test de paternité.

Le père présumé devra se soumettre à l’examen génétique, à condition qu’il soit consentant. S’il conteste avec un motif légitime, le juge ne pourra pas l’y obliger. Mais s’il n’a aucune raison valable pour agir ainsi, ce sera considéré comme un aveu de paternité. Pour procéder à l’analyse génétique, il faut faire des prélèvements d’échantillon de salive sur chaque individu concerné.

Le résultat du test peut être obtenu en seulement quelques jours ouvrables en commandant un kit de test ADN à domicile. Cela consiste à faire les prélèvements d’échantillons ADN chez soi, mais la comparaison des marqueurs génétiques aura toujours lieu en laboratoire.

Grâce à une expertise biologique, établir la filiation est possible avant la naissance d’un enfant (quelques mois avant l’accouchement). Si la filiation est établie par la loi, le père de l’enfant devra alors verser une pension alimentaire à la mère pour subvenir aux besoins de l’enfant. Il pourra aussi être tenu de lui verser des dommages et intérêts.

Consultation gratuite avec un spécialiste
Consultation gratuite avec un spécialiste